Hy-Line France a repensé l’organisation du couvoir de Loudéac pour l’adapter à l’ovosexage et maximiser la sécurité sanitaire.

Des investissements conséquents pour le couvoir

Hy-Line France a investi 3,8 millions d’euros pour adapter son couvoir à l’ovosexage. L’entreprise a repensé l’ensemble du site afin de maximiser la sécurité sanitaire.

Conçu dans les années 70, le couvoir Hy-Line France a dû être repensé pour s’adapter à l’ovosexage. Cette étape intervenant pendant le second tiers de l’incubation, les deux machines CHEGGY doivent être intégrées au cœur de l’usine pour respecter les flux et la marche en avant. Hy-Line France a donc engagé 3,8 millions d’euros pour agrandir le couvoir et ainsi déplacer certaines zones de travail, avec un mot d’ordre : préserver la sécurité sanitaire.

L’enjeu était aussi d’adapter la transformation du couvoir étape par étape, sans perturber les flux ni arrêter l’outil industriel

précise Frédéric Masson, Directeur Général

S’adapter à l’ovosexage

Un groupe de travail, composé de vétérinaires sanitaires, d’un maître d’œuvre et d’une équipe Hy-Line France, a préparé le projet pendant six mois avant son lancement en janvier 2022. Des extensions ont été construites pour y transférer les zones de lavage, les zones sanitaires du personnel et les zones de départs de poussins. Afin de maintenir le respect des procédures sanitaires pendant les travaux, l’équipe Hy-Line France s’est fortement investie pour appréhender les modifications du couvoir. Le système d’ovosexage sera opérationnel en décembre 2022 afin de répondre aux exigences du décret et d’ovosexer la totalité de la production de poulettes de souches brunes.

Séparation des flux

Pour répondre à la forte pression sanitaire environnante, Hy-Line France a aussi travaillé en accord avec l’État et les vétérinaires pour renforcer au maximum la biosécurité du couvoir. 4 accès distincts ont été créés pour le personnel, pour les œufs issus de nos fermes de reproducteurs, pour le départ des poussins et pour la gestion des produits tiers.

L’investissement dans notre couvoir a été l’occasion de retravailler sur les flux en collaboration avec les services de l’Etat* afin de renforcer la biosécurité. Nous disposons désormais de l’outil idéal pour maîtriser les risques, notamment face au virus de l’Influenza Aviaire

argumente Frédéric Masson

Aujourd’hui, Hy-Line France possède le seul couvoir ponte avec un niveau de biosécurité aussi élevé en France.

* Direction Départementale de la Protection des Populations


Closed search overlay screen